Sodium : les batteries sans lithium et leur impact sur l’électromobilité

Une technologie innovante

Lorsque l’on parle des technologies liées à l’électromobilité, le lithium occupe une place de choix. En effet, le lithium est un composant essentiel des batteries Lithium-ion qui sont largement utilisées dans ce secteur. Cependant, cette situation pourrait bientôt changer avec l’arrivée du sodium. Ces dernières semaines, l’actualité autour des batteries de voitures électriques dépourvues de lithium était intense car le géant mondial de la batterie CATL annonçait le démarrage de la production de masse de ses batteries sodium dès 2023. Avant que quelques jours plus tard, toujours en Chine, un premier constructeur dévoile une voiture électrique dotée de batteries sodium. De quoi rendre la voiture électrique encore plus propre puisque ces batteries se passent totalement de lithium et de cobalt, un élément chimique dont l’extraction est souvent pointée du doigt. Elles devraient également être moins chères à produire, grâce à leur composant abondant et peu coûteux, le sodium.

Les avantages et inconvénients des batteries sodium

Les batteries sodium présentent donc de nombreux avantages par rapport aux batteries lithium-ion, mais ce n’est pas sans conséquences. Tout d’abord, ces batteries disposent d’une densité énergétique inférieure à celle des batteries au lithium, ce qui signifie qu’elles ne peuvent pas stocker autant d’énergie. De plus, elles sont sensibles à l’humidité et à la température et il est donc nécessaire d’adopter des mesures supplémentaires pour garantir leur efficacité et leur longue durée de vie. En outre, malgré l’engouement suscité par les batteries sans lithium, il faut garder à l’esprit que la technologie reste assez récente et qu’il y a encore des obstacles à franchir avant que celles-ci soient commercialisées. Par exemple, le 27 février 2023, Celgard, LLC a conclu un accord d’alliance stratégique avec la société C4V afin de faire progresser le développement de cellules de batteries haute tension et hautes performances de nouvelle génération. Les séparateurs à membrane Celgard développés dans le cadre de l’alliance devraient avoir accès à toutes les giga-usines membres de C4V et alimenter une base de production de plus de 150 GWh prévue pour 2030.

Le lithium : très controversé en Asie

La ville de Yichun, dans le sud de la Chine, connue comme la capitale asiatique du lithium, produit environ 29 % du sel de lithium du pays et est donc une importante source de lithium pour l’industrie des batteries. Le gouvernement local a annoncé tard vendredi qu’il sévirait contre certaines activités criminelles, telles que l’exploitation minière sans licence et nuisible à l’environnement. Le gouvernement central a également envoyé un groupe de travail pour enquêter sur le secteur. En conséquence, les producteurs ont suspendu l’exploitation minière. Selon Citic Securities Research, l’exploitation minière dans la ville pourrait être interrompue pendant un mois, retirant ainsi environ 13 000 tonnes de LCE de l’approvisionnement mondial, correspondant à environ 13 % de l’approvisionnement total du monde au cours d’un mois donné. Cependant, un des producteurs a déclaré que l’exploitation minière devrait reprendre après la réunion annuelle du parlement chinois qui s’ouvre le 5 mars et peut durer plus de 10 jours.

Batteries sans lithium : l’alternative rêvée

Les batteries sans lithium offrent des possibilités intéressantes pour l’électromobilité. Néanmoins, leur développement requiert un investissement financier et technique considérable pour améliorer leur efficacité et pouvoir les mettre sur le marché. Il faudra également envisager des solutions pour pallier le ralentissement des approvisionnements en lithium causés par des incidents ou des contraintes politiques.

Pour en savoir plus